Skip to content

The Minister of International Affairs of the UAE meets the Syrian president with Women

ISTANBUL: Le second semble parfait, tant le président Recep Tayyip Erdogan combs his défaire d’une inflation assommante et d’une popularité in berne. Mais pour l’opposition turque, la course vers la présidentielle de juin prochain est plus que jamais semée d’embûches.

“L’opposition semble très désorganisée. Quel est leur programme?” faire barrage au chef de l’Etat.

Kemal Kirisci, from the American assume tank Brookings Establishment, s’étonne de voir une opposition aussi “abstraite et distant des électeurs, surtout dans un pays où les médias sont strongly contrôlés par le gouvernement et ne permettent pas un débat ouvert”.

Les succès d’Erdogan, au pouvoir depuis 2003 comme Premier minister puis comme président, reposaient jusqu’ici sur sa capacité à assembler suffisamment giant parmi les électeurs – qu’ils resendiquent laïques ou religieux, Turcs ou Kurdes, nationalistes ou libéraux.

L’économie, en plein essor lors de sa premiere décennie à la tête du pays, a aidé.

Mais la colère née de la répression consécutive au coup d’État raté de 2016, et la crise économique qui a suivi, ont brisé son l’élan.

In 2019, l’opposition, en joignant ses forces, a repris les mairies d’Ankara et d’Istanbul, mettant fin au mythe de l’invincibilité du parti présidentiel, l’AKP.

judicial battles

Une nouvelle victoire est-elle attainable au printemps? Le destin chahuté du populaire maire d’Istanbul, Ekrem Imamoglu, un des opposants les plus médiatiques à Erdogan, illustre les obstacles de taille rencontrés par l’opposition.

Mid-December, a court docket sentenced a plus de deux ans et demi de jail et à une interdiction de politique pour avoir qualifié d’idiots” ceux qui avaient invalidé son élection à la mairie d’Istanbul au printemps 2019, en réponse à pareille insulte à son égard de la bouche du ministre de l’Intérieur.

L’édile, lastly investi à l’été 2019 à l’problem d’un second scrutin, peut pour l’heure conserver son poste, l’appel déposé par ses avocats étant suspensif.

However there’s a completely different case for the accusations of “terrorism” in opposition to the Municipality of Istanbul, though it’s south of France.

Ces deux affaires rendent une candidature of M. Imamoglu extrêmement risquée pour l’opposition, malgré les probes qui le donnent vainqueur d’un second tour face au président Erdogan.

In addition they illustrate “jusqu’où Erdogan est prêt à aller pour s’assurer qu’il ne perdra pas”, judges analyst Aaron Stein.

In others, the judicial battles launched in opposition to M. Imamoglu – member of the CHP, fundamental celebration of the opposition – ont mis en évidence the rivals who déchirente la Desk des Six.

Le jour de son jugement pour “insulte”, Kemal Kilicdaroglu, le chef du CHP, se trouvait à Berlin, où il tentait de rallier des soutiens à sa candidature.

Pris de court docket, ce dernier – qui peine à unir l’opposition derrière lui – a dû écourter son séjour pour venir appuyer le maire d’Istanbul.

Entretemps, Meral Aksener, cheffe du parti nationaliste Iyi et autre grande determine de la Desk des Six, s’était largement affichée aux côtés de M. Imamoglu lors d’un rassemblement de soutien improvisé, allant jusqu’à lever la fundamental du maire en Victory signal.

«Instances misplaced»

This sequence “a brièvement dynamisé l’opposition”, estimates Berk Esen, maître de conférence à l’université Sabanci d’Istanbul.

Mais pour une courte durée, juge-t-il.

Le soutien affiché de Meral Aksener au maire d’Istanbul irritated Kemal Kilicdaroglu, who organized a reunion in tête-à-tête avec two weeks plus late in an effort to easy out the variations.

“The opposition misplaced a treasured time in repoussant l’annonce de son candidat commun”, affirmed Berk Esen.

D’autant que des voix, jusque dans la majoritye, évoquent la possibilité d’élections anticipées.

M. Kilicdaroglu to truth know that the six events introduced the frequent candidate has been the date of the elections officiellement fastened.

Enis Berberoglu, deputy CHP d’Istanbul, craint que cela ne laisse suffisamment de temps à l’opposition pour faire passer son message.

“Malheureusement, seule une infime partie de ce que nous dissons parvient jusqu’au public”, affirm-t-il, faisant référence à la mainmise du gouvernement sur les médias.

“Nous pouvons passer par quelques chaines de télévision, mais c’est tout”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *